couverture
L’école des incapables ?
La maternelle, un apprentissage de la domination
Introduction
Chapitre premier. Comment l’école se détourne de l’enseignement
 Le « mauvais » traitement des apprentissages
 Une petite enfance entre nature et chronomètre
 Les classes pour l’inclusion scolaire et les dispositifs relais
 La stigmatisation des difficultés scolaires
Chapitre II. Comment l’école personnalise les apprentissages
 La fabrication d’élèves bien ou mal « passants »
 Le mythe du for intérieur
 Naturalisation et externalisation des difficultés scolaires
Chapitre III. Comment l’école instruit la domination culturelle
 Ethnocentrisme et jugement de classe
 Un racisme de l’intelligence… sans racistes
 La différenciation des rapides et des lents
 La socialisation au souci de soi
 L’expérience silencieuse de l’inégalité scolaire
Chapitre IV. Comment la réputation scolaire affecte apprentissages et performances
 Dévalorisation scolaire et résignation
 Échouer par peur de ne pas savoir
 Place scolaire, place parmi les pairs
Conclusion
Parution : 22/09/2016
ISBN : 9782843032776
Format papier : 232 pages (140*225)
20.00 €

Commander

Lire en ligne 
Format PDF 
Format EPUB 

Accès libre

PDF 
EPUB 
Comment l’école interprète- t-elle les facilités et les difficultés d’apprentissage des élèves ? Comment cette interprétation influence-t-elle leur scolarité, et l’idée qu’ils se font d’eux-mêmes ? Les résultats de l’enquête – menée pendant plusieurs années dans des écoles maternelles, pour l’essentiel – présentée dans ce livre permettent de répondre à ces questions. En croisant les regards sociologique et psychosocial, Mathias Millet et Jean-Claude Croizet décortiquent le quotidien des classes et révèlent comment les difficultés cognitives, pourtant nécessaires aux apprentissages, sont transformées en un problème. Ils montrent que ces premiers apprentissages scolaires sont aussi, pour les élèves, une première confrontation aux inégalités.
L’étude met en évidence les logiques quotidiennes d’une violence symbolique par laquelle élèves comme enseignants se persuadent que les verdicts scolaires disent la valeur des individus. Elle montre comment ces élèves et ces enseignants développent, dès l’école maternelle, des interprétations qui personnalisent les « échecs » ou les « réussites » et, ce faisant, les détournent des apprentissages. Cet ouvrage contribue ainsi de manière décisive à l’analyse de la manière dont l’école réduit ou augmente les inégalités sociales.
Réalisation : William Dodé