couverture
La société des diplômes

Un livre de la collection État des lieux.

Ouvrage collectif, sous la direction de Mathias Millet et Gilles Moreau, avec les contributions de Guy Brucy, Patrick Cabanel, Pascal Caillaud, Céline Dumoulin, Henri Eckert, Alexandra Filhon, Sandrine Garcia, Marie-Hélène Jacques, Prisca Kergoat, Claire Lemêtre, Fabienne Maillard, Frédéric Neyrat, Sophie Orange, Claude Poliak, Tristan Poullaouec, Antoine Prost, Marc Suteau et George Waardenburg.

Parution : 01/09/2011
ISBN : 9782843032141
Format papier : 288 pages (14 x 22,5 cm)
23.35 €

Commander

Lire en ligne 
Format PDF 
Format EPUB 

Accès libre

PDF 
EPUB 
Aujourd’hui, plus de deux millions de diplômes sont attribués chaque année. Dans tous les champs de la société, le diplôme s’est imposé comme allant de soi. L’essor de la scolarisation est en effet allé de pair avec celui du diplôme, qui est devenu peu à peu une injonction et une norme sociale. Celles et ceux qui en sont aujourd’hui dépourvus, les « sans diplômes », sont stigmatisés, voués à une obligation de formation et fragilisés sur le marché du travail.
Il est urgent, dès lors, de penser les diplômes autrement que comme des parchemins administratifs : ils ont des histoires et des usages sociaux variés, sont des enjeux de luttes,
vivent, meurent et informent sur l’état de notre société et ses visions du monde. À quoi servent-ils ? Comment sont-ils créés ? Quels en sont les enjeux sociaux, politiques ou économiques ? Quelles sont leurs « valeurs » sur le marché du travail ? Y a-t-il trop de diplômes, ou trop de diplômés ?
À l’heure de la commémoration pour certains diplômes (le baccalauréat a eu deux cents ans en 2008, le CAP en aura cent cette année), cet ouvrage collectif est une invitation à réfléchir à la manière dont les diplômes et leurs évolutions transforment notre rapport à la société, aux hiérarchies sociales et au marché du travail.

Sommaire

Le XXe, siècle des diplômes, par Mathias Millet et Gilles Moreau
La montée des diplômes
Le diplôme, un objet social « vivant »
Le diplôme, un marqueur social

Première partie. La société saisie par les diplômes

Chapitre premier. Du diplôme comme aspiration au diplôme comme injonction, par Guy Brucy
Le temps des diplômes rares pour l’élite de l’école et du travail
La fonction structurante des diplômes dans l’État social
Des diplômes de plus en plus nécessaires et de moins en moins suffisants

Chapitre II. L’inflation des diplômes. Critique d’une métaphore monétaire, par Tristan Poullaouec
Trop de diplômés ?
Les deux faces du diplôme
L’introuvable relation formation/emploi
Destins professionnels et marché du travail

Chapitre III. Les diplômes et leur valeur, par Henri Eckert
Des diplômes aux emplois
Dévalorisation des diplômes de l’enseignement supérieur long ?
L’évolution paradoxale des autres diplômes

Chapitre IV. Diplômes tardifs et titres honorifiques, par Claude Poliak
Des autodidactes en quête de titres universitaires
Des écrivains amateurs en quête de titres littéraires

Chapitre V. Le système suisse de diplômes, par George Waardenburg
Un premier état des lieux
L’école obligatoire
Les diplômes du secondaire postobligatoire
Diplômes du tertiaire (du supérieur)

Deuxième partie. La mosaïque des diplômes

Chapitre VI. Le certificat d’études et le génie de l’école républicaine, par Patrick Cabanel
Un siècle d’histoire
Contenus et rite républicains

Chapitre VII. La création du bac pro, histoire d’une décision, par Antoine Prost
Les antécédents de la réforme
La prise de décision
Les raisons de la décision
La mise en œuvre

Chapitre VIII. La fin du BEP ?, par Fabienne Maillard
Un nouveau diplôme pour un nouvel enseignement professionnel
Une mise en cause étrangement raisonnée
Une réforme scolaro-centrée et gestionnaire

Chapitre IX. Un drôle de diplôme, le bac théâtre, par Claire Lemêtre
Une expression endogène
Deux tutelles dans l’attirance/répulsion
Le théâtre public en quête de spectateurs
Des baccalauréats artistiques
Une oeuvre de militants

Chapitre X. Le BTS, genèse d’un seuil scolaire, par Sophie Orange
L’invention du BTS
D’un diplôme marginal à une formation liminaire

Chapitre XI. La création du DEUG : professionnaliser l’université, par Céline Dumoulin et Alexandra Filhon
La loi Faure : participation, autonomie et pluridisciplinarité
Une loi qui réforme l’organisation et la pédagogie
Le mode opératoire du ministère
Un premier pas vers l’autonomie des universités ?

Chapitre XII. Le LMD comme « transformateur académique », par Sandrine Garcia
Les nouvelles règles du jeu du LMD
La démobilisation des étudiants « réels »
Une redéfinition de l’activité pédagogique vers l’administratif

Troisième partie. Diplômes et marché du travail

Chapitre XIII. Un non-diplôme : l’examen de fin d’apprentissage artisanal, par Marc Suteau
Objectifs et mise en place
La reconnaissance par l’État : une revendication des chambres des métiers
Concurrence du CAP et déclin de l’EFAA

Chapitre XIV. Les entreprises face aux diplômes : l’ambivalence de la posture, par Marie-Hélène Jacques et Frédéric Neyrat
La critique du diplôme : une constante du discours patronal
La construction d’un système de certification et de formation propre
Quand la compétence redéfinit les diplômes et les concours

Chapitre XV. Grandes entreprises, diplômes et compétences, par Prisca Kergoat
Une réforme qui accentue les inégalités
Recruter des CAP pour les former… au CAP
Des diplômes aux compétences
Une transformation progressive du public apprenti

Chapitre XVI. Diplômes et conventions collectives : un lien en voie de délitement, par Pascal Caillaud
Le diplôme, instrument de classement conventionnel des emplois ?
Le diplôme, faible garantie en termes de droits individuels du salarié

Conclusion, par Mathias Millet et Gilles Moreau

Bibliographie indicative
Lexique des sigles

Réalisation : William Dodé