couverture
Entrer dans l’écrit
Tous capables ?
Parution : 05/09/2013
ISBN : 9782843032448
Format papier : 224 pages (125 x 201 mm)
18.00 €

Commander

Lire en ligne 
Format PDF 
Format EPUB 

Accès libre

PDF 
EPUB 

L’institution scolaire a pour fonction de transmettre les éléments de la culture écrite. Elle y parvient aujourd’hui de façon trop inégale : ses échecs sont de plus en plus problématiques, et il n’y a aucune bonne raison de les accepter.

Entrer dans l’écrit de manière satisfaisante, permettant des études longues, serait-il hors de portée des élèves en difficulté ? Plutôt que d’invoquer une fois de plus les prétendus déficits socioculturels des familles, Jean-Pierre Terrail interroge ici les ressources cognitives des élèves. En mobilisant les acquis de l’anthropologie et de la linguistique, il démontre que la pratique du langage chez l’enfant, quel que soit son milieu familial, devrait suffire à assurer une scolarité réussie.

Tous capables d’entrer dans la culture écrite : ce constat invite donc à revenir sur les principes et pratiques qui président depuis quatre décennies aux apprentissages élémentaires de l’écrit, dont il est urgent d’améliorer l’efficacité démocratique.

Table des matières

Introduction

Chapitre premier. Les implications de l’écriture
Un grand pas dans l’histoire de l’humanité
Une épreuve pour les futurs lettrés
De l’écrit à l’école
L’école et la culture écrite

Chapitre 2. Les mal dotés : un défaut de ressources intellectuelles ?
Le manque de « dons »
Le « handicap socioculturel »
Une croyance fonctionnelle
La force d’un héritage historique
Le « scriptocentrisme » aujourd’hui

Chapitre 3. Langage et entendement
« Parler mal » et comprendre bien
Performances et compétences
Le langage dans l’activité symbolique de l’homme
Effets de pensée : l’abstraction
Effets de pensée : le raisonnement logique
Effets de pensée : la réflexivité

Chapitre 4. Cultures orales : penser le monde
Interpréter les événements
Classer les êtres
Mettre l’espace en schéma

Chapitre 5. Cultures orales : faire usage des mathématiques
Les activités à implication mathématique et finalités pratiques
Les plaisirs de la logique
Des mathématiques émergentes
Entre maîtrise pratique et maîtrise théorique des mathématiques
La proximité des formes de l’esprit humain

Chapitre 6. Cultures orales : s’intéresser au langage
Une absence de préoccupations métalinguistiques ?
Les arts poétiques de l’oralité
L’attention aux formes de la parole
Jouer avec les mots

Chapitre 7. L’enfant et le langage : l’énigme des commencements
L’oralité dans les sociétés littératiennes
L’accès à la parole
Une emprise si précoce du langage

Chapitre 8. L’enfant et le langage : les apprentissages de la pensée
La dynamique des acquisitions
Récit et raison
Activités et ressources métalinguistiques
Une vision désuète

Chapitre 9. L’enfant et le langage : inégalités linguistiques et culturelles
La diversité des interactions éducatives
La mesure des différences
Trois modèles éducatifs : une étude de cas
L’efficacité des éducations populaires

Chapitre 10. L’égalité des intelligences et ses implications
Une affirmation provocante
La fabrique des inégalités scolaires
L’école commune, condition de la démocratisation

Chapitre 11. De vains efforts
Des dispositifs pédagogiques rénovés mais à l’efficacité limitée
Rénovation pédagogique et publics « difficiles »
Une pédagogie du manque et de la compensation

Chapitre 12. L’indispensable mutation pédagogique
La difficulté d’apprentissage : d’un regard à l’autre
Comment accueillir les publics « difficiles » ?
La double contrainte : exiger et rendre possible
Le refus de l’impuissance pédagogique

Dossier de presse
Véronique Miguel Addisu
Liens socio, Lectures, 17 janvier 2014
Compte rendu
S’appuyant notamment sur des enquêtes internationales telles que PISA ou PIRLS mais aussi sur ses nombreux travaux, Jean-Pierre Terrail, sociologue de l’éducation, soutient la thèse selon laquelle les difficultés des élèves à l’écrit et les inégalités scolaires, bien réelles, sont le fait de l’institution plutôt que de différences sociales ou individuelles. Inquiet quant à une situation qui menacerait la fonction démocratique de l’école, il s’applique à démontrer que « d’autres exigences que celles de l’école […] sont à même d’impulser un certain développement métalinguistique au-delà du seuil atteint par l’enfant de 6 ans. […] Ce seuil, précisément parce qu’il n’est pas réductible à une maitrise purement pratique, […] constitue un prérequis indispensable mais aussi parfaitement suffisant pour affronter les difficultés de l’entrée dans la culture écrite » (p. 150).

L’argumentation, logique et informée par de nombreux travaux de recherche produits dans des champs complémentaires tels que la sociologie, la sociolinguistique, la psychologie, la didactique ou bien sûr les sciences de l’éducation, se développe comme suit : de trop nombreux élèves sont en échec à l’école, en particulier parce qu’ils ne s’approprient pas une culture de l’écrit nécessaire à la réussite scolaire. Or, si le sens commun associe cet échec à des inégalités sociales et cognitives – à des « handicaps » qui s’opposent à ce qui seraient des « dons » – de nombreuses recherches sur le développement du langage et de la littéracie montrent que tous les enfants disposent des ressources linguistiques nécessaires pour réussir à l’école. Les processus inégalitaires se construiraient donc par et à l’école, processus qu’il convient d’objectiver pour pouvoir les transformer au bénéfice d’une éducation plus démocratique. Sont notamment dénoncés le rôle de sélection et de classement de l’institution, ainsi que ces idéologies du don et du handicap socioculturel (ou même, réciproquement, d’une « éducabilité universelle ») qui, selon l’auteur, paraissent régir les pratiques actuelles de la plupart des enseignants. De rapides propositions globales et techniques sont faites à la fin de l’ouvrage, pistes qui touchent à la fois à la didactique, à la psychologie de l’éducation, à l’organisation du système scolaire et, par voie de conséquence, à la formation des enseignants.

La suite : http://lectures.revues.org/13289
Véronique Miguel Addisu
Liens socio, Lectures, 17 janvier 2014
Réalisation : William Dodé