couverture
Agoudas
Les « Brésiliens » du Bénin
Parution : 07/05/2010
ISBN : 9782843031762
Format papier : 312 pages (140 × 225 mm)
25.00 €

Commander

Lire en ligne 
Format PDF 
Format EPUB 

Accès libre

PDF 
EPUB 
Être vendu comme esclave est la plus extrême forme d’exclusion sociale. Le stigmate de l’esclavage est définitif, ineffaçable. Paradoxalement, tout au long du XIXe siècle, un nombre significatif d’anciens esclaves africains revenus du Brésil sur la côte occidentale de l’Afrique sont parvenus à retrouver une place dans les sociétés auxquelles ils avaient été arrachés après avoir été vendus. Installés au Bénin, au Togo et au Nigeria, les Agoudas – ou «Brésiliens», comme ils sont appelés dans ces pays – se sont construit une nouvelle identité sociale fondée sur la mémoire de leur vie au Brésil. En s’alliant à d’anciens négriers eux-mêmes d’origine brésilienne ou européenne, ils ont pris le contrôle d’une économie en crise avec le déclin de la traite négrière. En majorité alphabétisés, ils étaient maçons, tailleurs, menuisiers, commerçants – quelques-uns très riches – et se retrouvèrent à l’avant-garde de toutes les opérations novatrices menées dans la région à la fin du XIXe siècle, avant la domination coloniale française au Dahomey.
En s’appuyant sur l’histoire singulière des Agoudas, le livre montre à quel point les identités collectives, qu’elles soient ethniques, nationales ou autres, reposent sur ce que les ethnologues se plaisent à désigner comme un «bricolage» – à savoir un mixte d’imaginaire, de mythe, d’héroïsation, de reconstructions aventureuses et d’oublis vertigineux, plus que de réalités substantielles.
Milton Guran, brésilien, anthropologue, auteur de plusieurs études sur les Agoudas, présente la saga extraordinaire de ces hommes qui ont surmonté le stigmate de l’esclavage pour devenir des citoyens à part entière dans les sociétés mêmes qui les avaient livrés à l’esclavage.
Réalisation : William Dodé